Rubrique : Newsletter

Rupture de période d’essai

Je travaille dans un commerce à Vannes. Je suis encore en période d’essai.
Ce travail ne me convient pas ; je souhaite arrêter.
Y a-t-il un délai à respecter pour rompre la période d’essai ?

Lorsque c’est le salarié qui prend l’initiative de rompre la période d’essai, le délai de prévenance est égal à ( C. trav., art. L. 1221-26 ) :
– 24 heures si sa durée de présence dans l’entreprise est inférieure à huit jours ;
– 48 heures à partir de huit jours de présence.

Aucune sanction n’est prévue à la charge du salarié qui ne respecterait pas ce délai.

Concernant le point de départ, la loi ne donne aucune précision ; si l’on se réfère à la jurisprudence ayant statué sur le « préavis » conventionnel, le point de départ du délai de prévenance est le jour où le salarié est informé de la décision de l’employeur. Ainsi, si la rupture est notifiée par lettre recommandée avec AR, c’est la date de première présentation de cette lettre qui doit être retenue ; si la rupture est prononcée oralement puis fait ensuite l’objet d’une confirmation écrite par lettre recommandée avec AR, vous devez prendre en compte la date correspondant à la notification orale de la décision de l’employeur ( Cass. soc., 18 déc. 2007, no 06-44.799 ).

Attention ces délais sont différents si c’est l’employeur qui est à l’origine de la rupture.

BIENVENUE SUR LE NOUVEAU SITE DE L’UNSA-TPE !